Québec…paradis de la bière

Lorsque le soleil réchauffe enfin les terrasses au printemps, la population va « prendre une bière », même ceux et celles qui boivent autre chose. La bière rassemble. Elle célèbre non seulement le beau temps, elle lui donne un sens: le temps de fraterniser, le bon temps, le temps de déguster. Comme le disait le père de tous les biérologues, Michael Jackson, la bière constitue un lubrifiant social.

Depuis la révolution industrielle jusqu’à la naissance des microbrasseries, le goût de la bière a connu affadissement inexorable. Pour accroitre leurs parts de marché, les grandes brasseries se sont associées, puis ont été absorbées par des plus grandes qu’elles. De nos jours, toutes les grandes brasseries canadiennes appartiennent à des intérêts étrangers.

L’arrivée des microbrasseries, il y a une trentaine d’années, a démontré qu’il était possible de vendre de la bière goûteuse, d’y insuffler du caractère. Pendant que les profits des grandes brasseries quittent le pays, les petites stimulent l’économie de proximité et créent des emplois de qualité. Elles contribuent au développement d’un sentiment de fierté régionale. Le Québec est devenu un véritable paradis de la bière, grâce à l’audace et au savoir-faire des  microbrasseurs. Ils versent dans nos chopes les premières gorgées de la gastronomie brassicole.

Festibière de Gatineau, une fête familiale, célèbre l’arrivée du printemps avec les meilleures bières qui soient. Campé dans une ambiance champêtre, à une petite gorgée d’Ottawa, Festibière contribue à la rédaction de lettres de noblesse à l’égard des microbières. Des bières qui ont du goût: des bières qui donnent le goût de boire moins, qui donnent le goût de boire mieux.

 

img-signature-mario@2x

MARIO D’EER

Président du Festibière